L’intelligence des limites

L’intelligence des limites

Essai sur le concept d'hypertélie

Dans la langue des naturalistes, on nomme hypertélie le développement d’une partie anatomique ou d’un caractère au-delà de son niveau optimal d’utilité : ramures géantes du Cervidé fossile Megaloceros giganteus, canines supérieures hypertrophiées des anciens « tigres aux dents de sabre » ou du Babiroussa, défenses croisées des Mammouths, queue démesurée des paons, etc. De telles structures, en continuant de grandir bien plus que ne le requérait leur fonction initiale, seraient devenues « monstrueuses » et nuisibles à leurs détenteurs par une sorte d’inertie de croissance handicapante, désadaptative, et tendanciellement fatale à la survie de l’espèce lors d’un changement ultérieur de ses conditions de vie.

Contre de trop rapides commentaires qui concluaient au caractère « non darwinien » du concept d’hypertélie et, de là, à son inanité, Patrick Tort démontre son origine darwinienne dans la théorie de la sélection sexuelle et en tire un instrument puissant pour penser la naissance bio-éthologique du symbolique comme surcharge de l’apparence dans le champ de la séduction, et pour modéliser les conséquences dévastatrices du dogme d’une croissance sans limite, propre au capitalisme contemporain.

Isbn :
Date de parution : 23 mai 2019

Présentation

I. L’hypertélie, concept darwinien
– Darwin
– Hypertélie de l’ornement et naissance du symbolique
– Politique de l’apparence

II. Hypertélie et civilisation
– Retour sur l’effet réversif
– L’Homme hypertélique

III. Sur différentes façons de signifier sa mort
– Modélisation du dépassement
– Engels et les limites de la domestication de la nature
– Crédit économique, crédit symbolique, valeur
– « Sagesse » éthique et division du travail idéologique
– « Idéologie progressiste dominante » et compensation éthique
– Le déni de l’alternative
– Colonisation subjective et rupture des solidarités
– Sur l’hypertrophie du symbolique
– Ce que « décliner » veut dire

Annexes
– L’hypertélie en 1873. Une intuition platonicienne
– De l’hypertélie dans la nature. Par C. Brunner von Wattenwyl