Marco Saraceno

marco saracenoMarco Saraceno, Docteur en Sociologie et Histoire des Sciences, il est actuellement chercheur associé au CETCOPRA, Université Paris 1, et ATER en sociologie et histoire à l’Université de Dijon.
Il s’intéresse à l’histoire de la psychophysiologie de l’activité motrice avec une attention particulière à l’évolution de ses techniques de mesure et à sa relation avec les autres sciences humaines. Dans ce contexte, il a étudié l’histoire de la notion de fatigue en observant le rôle qu’elle joue durant le « moment 1900 » dans la « fondation » des sciences sociales. Il travaille actuellement sur la sociohistoire
des capteurs de l’activité physique et sur l’évolution de leurs techniques d’enregistrement graphique. Dans cette perspective, il participe à un projet de recherche financé par l’Agence Nationale du Médicament sur la Quantification
du soi.
– « Ernest Solvay, Max Weber, l’énergie, les valeurs et le social. De l’évaluation énergétique de l’activité sociale aux valeurs sociales des activités énergétiques », (avec T. Seguin) in Année Sociologique, à paraitre 2017.
– Angelo Mosso, in P. Zawieja (dir.), « Dictionnaire de la Fatigue », Genève, Droz, 2016, pp. 574-579 ; dans le même volume (avec F. Vatin), « Ergographie », pp. 246-251
– L’expérimentation instrumentale et l’instrumentalisation de l’expérience. Succès et déclin de l’ergographe dans la représentation de l’expérience quotidienne du travail, in G. FATET (dir.), « Rôle et fonction de l’instrument », PULIM,
2016, pp. 107-132.

Comments are closed.